Mon jeu du moment… Assassin’s Creed Origins

Dans Lifestyle

Aujourd’hui, je vous parle d’Assassin’s Creed Origins, qui vient juste de débarquer sur nos consoles de salon, dernier épisode de la célèbre série de jeu vidéo qui me passionne depuis plusieurs années. Rapide retour sur la franchise et présentation avec mon avis sur mes premières heures passées dans le jeu.

Origins - logo

L’histoire de la franchise :

La série de jeux vidéo Assassin’s Creed est développée et éditée par Ubisoft, créateur français de grosses licences comme Rayman, Prince of Persia, Tom Clancy, Far Cry, Watch Dogs ou les Lapins crétins. Pour les Assassin’s Creed, c’est la branche canadienne basée à Montréal qui s’est occupée des développements pour consoles et PC. Le style est un mélange d’action-aventure en monde ouvert avec une grosse partie infiltration dans des contextes historiques sur plusieurs grandes époques de notre civilisation.

L’histoire repose sur une machine, baptisée « Animus » (du latin âme ou esprit), capable de lire la mémoire génétique d’un individu pour le faire rentrer dans la peau d’un de ses ancêtres, lui permettant d’explorer divers époques et lieux de l’histoire. Du premier jeu sorti en 2007 jusqu’à ce dernier, nous avons pu visiter la troisième croisade en Terre sainte, la Renaissance, la Guerre d’indépendance des États-Unis, l’époque de la piraterie, la Révolution française, le Londres de l’époque Victorienne pour finir avec Origins en Égypte antique. Même si les œuvres sont toutes des fictions, les protagonistes ont pour une grande partie existé, le joueur a pu croiser la route de Napoléon, Barbe Noire, les Borgias…

Origins - Les héros d'avant

Origins est le dixième jeu de la série principale (sur console de salon et PC), il y en a eu dix autres secondaires sur consoles portables ou smartphones, et tout un univers étendu grâce aux bandes dessinées, comics, romans et novélisations.

Mon avis sur le début d’Origins :

Pour placer le cadre, je joue sur PlayStation 4, la première version, avec un disque dur classique sur un écran 1080p, je n’ai donc pas la puissance de calcul et les graphismes avancés de la dernière PS4 Pro. J’ai compté une bonne demi-heure d’installation complète du jeu avec mise en place sur le HDD, le téléchargement d’une première mise à jour (c’est devenu d’une banalité à la sortie des jeux) et le pack de langue en français qui pèse un peu plus de 500 Mo (seuls la langue anglaise et les sous-titres français sont compris sur le support de base).

L’installation terminée, je me suis lancé dans le vif du sujet, partir dans un lointain pays chaud à une époque où il ne faisait pas forcement bon vivre, j’ai donc lâché ma vie sociale pendant 4 heures… Après le défilement de l’écran et de quelques menus, la partie se lance directe sur un combat avec un grand bonhomme pas très amical. La première partie du jeu se déroule dans un temple en ruine de plusieurs siècles où notre héros, Bayek, doit survivre aux assauts d’un guerrier et ensuite s’échapper de ce tombeau, cette phase de jeu dure environ 30 minutes en récupérant un maximum de trésors et sert de tutoriel de prise en main rapide.

 

Une fois à l’extérieur et après un dernier combat, notre héros retrouve un de ses anciens amis dans le besoin, ils partent ensemble à dos de chameau rejoindre la ville de Siwa. Bayek est un soldat Medjaÿ, protecteur du pharaon et du peuple, après une absence, il revient sur ces terres en quête de vengeance et cherche à assassiner cinq cibles prioritaires (la mécanique ne change pas). Pour atteindre la première, il va lui falloir gagner en niveau et donc mener à bien des quêtes annexes de protection, recherche et découverte, les points d’observation sont également toujours de la partie et Ubisoft a ajouté une fonction « photographie » pour prendre et partager des photos dans le jeu, d’ailleurs, les screens ci-dessus viennent de ma session de jeu.

Concernant le menu pause, nous retrouvons six onglets de base comme la carte, les quêtes, l’équipement, l’inventaire, l’arbre des compétences et les cibles restantes. La carte est vraiment très correct niveau taille, le jeu étant en monde ouvert, je m’attends à faire plusieurs heures d’explorations pour arriver au bout.

 

Une partie alternative, dans le présent, se fait par moment où l’on prend les commandes de Layla Hassan, une employée d’Abstergo envoyée en Égypte. Bayek est son ancêtre, elle cherche à impressionner son employeur en visitant sa mémoire génétique, seule dans une caverne, mais elle semble ne pas savoir qui se cache derrière l’entreprise et ignore tout du conflit qu’il y a depuis des siècles entre les Assassins et les Templiers.

Pour conclure, j’ai retrouvé un grand Assassin’s Creed dans une de mes périodes préférées de l’histoire, l’Égypte antique. Il est visuellement très beau et les doublages français sont toujours aussi bien réalisés. Je ne peux que vous conseiller de prendre part à cette aventure, à bientôt.

Origins - Bouton Amazon

Papa la trentaine, passionné des nouvelles technologies, du web, des fintech et d’iPhonographie. Admin des Geeks d’Apple sur Facebook et rédacteur à mes heures perdues. Autodidacte et touche-à-tout, j’aime partager mes connaissances et découvertes avec le monde qui m’entoure.