Max, l’assistant bancaire personnel

Max - couv

Aujourd’hui, petite présentation de Max, l’offre bancaire nouvelle génération et 100 % mobile du groupe Arkéa Crédit Mutuel. Alors que vaut ce nouveau service bancaire, que propose-t-il de plus par rapport aux autres fintechs ? Ma réponse dans cet article.

Max - Logo

Max, qui es-tu ?

Depuis plusieurs mois, nous voyons apparaître en France de nombreuses offres bancaires comme Orange Bank ou N26, issues des fintechs, des opérateurs téléphoniques, des banques ou des grandes surfaces. C’est le cas de Max, né de l’imagination d’une poignée d’individus sous le giron du Crédit Mutuel Arkéa. Toutefois, il ne doit pas être comparé à une nouvelle banque mobile, mais à un service venant étoffer la banque. Au départ, cette start-up de Brest qui a débuté début 2017 avec quatre personnes, a gonflé son effectif d’une vingtaine de plus. Elle est une filiale du groupe, se nomme légalement « Nouvelle vague » et est considérée comme un établissement de paiement agréé auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). Cette dernière est également inscrite à l’ORIAS pour agir en tant qu’intermédiaire en opération d’assurance.

Max est épaulé par plusieurs experts et prestataires externes, pour être rassurant avec ses clients, il travaille donc en collaboration avec de grands noms de la banque et de l’assurance. Parmi ces derniers, FLUO, un service d’aide pour visualiser et optimiser ses assurances afin de connaître ses garanties et éventuellement trouver mieux ailleurs. D’autres sociétés viennent apporter leurs savoir-faire et expertise comme de jeunes pousses financées par Arkéa ou des acteurs de l’hôtellerie, afin que Max devienne un acteur incontournable, innovant et original de secteur bancaire.

Max, que fais-tu ?

Max se veut multiservice, en effet, l’application se présente comme un agrégateur de comptes bancaires, à la manière de Bankin’ ou Linxo. Vous allez pouvoir retrouver l’ensemble de vos comptes, même ceux venant de la concurrence, afin de consulter les soldes et opérations de ces derniers (sous réserve que la connexion avec l’établissement soit disponible).

L’application vous propose aussi d’optimiser vos produits financiers et assurances, vous pouvez par exemple demander de faire un bilan de votre assurance automobile afin que Max vous suggère une meilleure offre. Vous pouvez également lui demander de vous aider à mettre de l’argent de côté, de parler crédit ou de renégocier ce dernier. Dans le cadre d’un crédit immobilier, Max va même jusqu’à choisir un meilleur notaire. Si vous êtes locataire, il analyse votre situation et vous informe qu’il est peut-être temps d’acheter s’il constate que c’est favorable. Vous disposez également d’un compte courant avec un RIB (français), afin de pouvoir domicilier vos revenus et payer vos factures par exemple.

Max - service

Max dispose aussi d’un service de conciergerie, vous avez besoin d’une baby-sitter sur le pouce, alors il pourra peut-être vous aider. Vous venez de vous souvenir que demain c’est l’anniversaire de votre femme, mais vous êtes pris par le travail, alors demandez à Max de réserver une table dans un restaurant et de faire livrer un bouquet de fleurs… Chaque demande se fait sur le chat de l’application (ou avec Facebook Messenger), le service est assez réactif et agréable. Une chose sympathique qui m’est arrivée lors d’une commande d’un billet de train à la SNCF, après avoir payé avec ma carte Max, j’ai reçu une recommandation pour renouveler mes papiers d’identité. C’est tout bête, mais c’est typiquement le piège dans lequel un voyageur peut tomber, ne pas penser à vérifier la validité de ses papiers et être bloqué dans un pays étranger.

Max, c’est aussi une carte MasterCard, à la manière de son concurrent britannique, Curve, elle va agréger toutes vos autres cartes bancaires, quel que soit la banque émettrice. Encore une fois, Max ne fait pas de favoritisme bancaire malgré le nom du groupe derrière, et le tout est entièrement gratuit. Elle est compatible avec Apple Pay pour les transactions sans contact avec un iPhone (prochainement avec Paylib pour Android), ce qui rend n’importe quelle carte bancaire compatible avec ce moyen de paiement sans que la banque émettrice le soit. Cette dernière étant à débit avec autorisation systématique, pour chaque paiement, une notification s’affiche sur le smartphone. Elle est entièrement paramétrable dans l’application, le NFC peut facilement être désactivé en décochant une case, tout comme les achats internet, les retraits d’espèces ou les paiements à l’étranger.

Max - carte

En plus d’être gratuite, paramétrable et compatible Apple Pay, elle est également zéros frais et commission sur les paiements et retraits en France et à l’étranger. Elle offre de nombreuses garanties comme une extension des délais de réflexion pour les achats en ligne, une garantie hébergement en cas de soucis lors d’une réservation de vacances…

MAJ du 10/07/2018 : Max a beaucoup évolué depuis l’écriture de mon article, grâce à lui, vous pouvez désormais, en plus de votre iPhone ou Apple Watch, payer avec Fitbit Pay (Versa et Ionic), Garmin Pay (Vívoactive 3, Forerunner 645 ou 645 Music) et Samsung Pay.

Il a également lancé en mai dernier sa première campagne de publicité à la télévision en mettant en scène deux personnes, Margaux et Max, voici les deux spots TV :

Comment être client Max ?

L’application est disponible depuis fin 2017 au grand public (auparavant en bêta), il vous suffit de la télécharger soit sur l’AppStore pour les iPhone ou sur le Google Play Store pour les smartphones Android. Une fois l’installation terminée, l’inscription se fait relativement vite, vous devrez renseigner un certain nombre d’informations personnelles, prendre une photo de sa pièce d’identité puis enregistrer ses différents comptes bancaires en indiquant ses identifiants habituels. Au fur et à mesure des nouvelles fonctionnalités, l’application vous demandera d’autres documents, par exemple une copie de votre contrat d’assurance automobile, afin de vous proposer mieux.

Pour avoir la carte et le compte courant, il faut en faire la demande, là aussi tout se passe dans l’application. Après une série de questions plus poussées (banque oblige), vous devrez prendre en photo une première carte bancaire afin de l’agréger à la carte Max. Vous recevrez cette dernière chez vous quelques jours après, pour l’activer, vous devrez renseigner le montant de la microtransaction faite sur la première carte bancaire enregistrée, cette information devra être récupérée sur le relevé de compte de votre banque. Il faudra faire cette manipulation chaque fois que vous enregistrerez une nouvelle carte, ce côté me dérange un peu, car ce n’est pas le plus simple des moyens de confirmation, le code 3DS est bien plus rapide.

Une fois votre carte Max activée, votre compte courant le sera aussi, vous pourrez donc commencer à domicilier des revenus et payer des factures à l’aide du RIB. Ce dernier étant français, il sera plus largement accepté par les administrations de notre beau pays (chose souvent compliquée avec les RIB de chez N26 par exemple, car ce dernier est allemand).

Qu’est-ce que j’en pense ?

Je suis utilisateur d’une carte Curve depuis plusieurs mois et le fait d’avoir une seule carte permettant de payer avec n’importe quelle autre carte est, quand on a plusieurs comptes, une chose très intéressante. Pour cela, j’attendais Max avec impatience, d’une part pour les différents services proposés (et ceux à venir), et surtout pour sa carte bancaire made in France compatible avec Apple Pay. Dans l’ensemble, cela fonctionne bien, je n’ai pas encore eu de gros souci de paiement avec, quel que soit la carte choisie lors de la transaction (hormis un refus avec un distributeur de café sur l’autoroute en sans contact). Dans tous les cas, je ne me sers plus de ma carte Curve, Max l’a remplacée très rapidement.

[foogallery id= »876″]

 

Le service est récent et j’y vois quand même quelques manques. Le premier concerne le 3DS, pour protéger les transactions web, à l’heure actuelle, la page de confirmation demande la date de naissance du détenteur de la carte, c’est un peu léger et je préfère recevoir un code par SMS ou une validation dans l’application (Maj : j’ai reçu depuis peu un sms avec code pour valider un achat, il y a donc bien les deux options, peut-être suivant le risque, car le montant était faible comparé aux autres transactions). Je trouve également l’interface pas très sexy, plus de fantaisie et de modernité seraient bien venues, tout comme pouvoir personnaliser le visuel des cartes agrégées par l’image de ces dernières (et non une simple couleur). J’apprécie une fonction chez Curve que je ne retrouve pas dans Max, celle d’avoir la faculté de changer, après une transaction, la carte qui devra être prélevée. Une autre fonctionnalité venant de Bankin’ cette fois-ci, et très vite devenue indispensable, pouvoir effectuer des virements de n’importe quels comptes, cela évite de s’encombrer avec les applications officielles des banques qui sont, parfois, mal optimisées. L’équipe est néanmoins très à l’écoute, ils ont même un site internet dédié pour donner ses recommandations, je vous invite fortement à y aller pour mettre les vôtres, afin de faire de Max, un service bancaire au top.

Max est avant tout un service gratuit d’assistant personnel, mais avec la carte Max, les personnes cherchant à payer en mobilité ou les multibancarisées y trouveront également un excellent compromis. Donc si vous avez plusieurs comptes et que vous souhaitez tout avoir au même endroit et surtout ne plus vous embarrasser de nombreuses cartes bancaires, Max est fait pour vous. Il pourra aussi convenir chez certains comme compte secondaire. Mais sa force est clairement dans ses services de conciergerie et d’assistant personnel, pour optimiser vos dépenses, épargnes et budgets.

Voilà que se termine mon article sur Max, j’espère qu’il répond à certaines de vos interrogations sur cette nouvelle offre bancaire. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire ou directement dans le groupe Facebook rattaché à l’association de l’AFCNB. À bientôt sur le blog 🙂 

 

Bonne année 2018 !

Bonne année 2018

Bonjour à toi, 2018, cela fait maintenant quelques jours que tu es rentré dans nos vies et il est temps de te saluer. Petit billet « édito » en ce début d’année en vous donnant, dans les grandes lignes, le prochain contenu du blog. J’ai déjà écrit mes résolutions pour la nouvelle année dans mon précédent post que vous pouvez lire ici, si ce n’est pas déjà fait.

Si vous êtes nouveaux, vous avez pu constater que mon blog n’a pas de thématique bien précise, car je m’intéresse à pas mal de sujets, cela ne changera pas en 2018. Je vais continuer de partager les applications que j’utilise, les comptes Instagram et les blogs qui font ma veille, les présentations sur les produits financiers et la Food… Concernant la fintech, vous retrouverez mes articles à la fois sur mon blog, mais également sur le site de l’AFCNB (Association Française des Communautés Néo-Banques), jeune association de consommateurs qui m’a sollicité pour écrire et partager des articles sur cette thématique.

Dans les prochaines semaines, je vais écrire sur les Lutins du Phoenix, une association qui me tient à cœur, la première en France dont le rôle est d’organiser, pour les enfants soignés dans les services de cancérologie pédiatrique, des animations basées sur les nouvelles technologies et la culture geek. Je profiterais de ce moment pour faire une cagnotte afin de les aider dans leurs projets.

Dernièrement, j’ai été assez désorganisé, entre faire vivre mon blog, mon activité professionnelle, mes soucis personnels, que j’en aie oublié mon implication en tant que rédacteur chez Tech Area. Par manque de produits à tester, je ne suis pas très actif sur le site, mais je vais relancer la machine à écrire pour proposer du contenu prochainement, des tests d’applications qui pourraient vous être utiles dans votre vie quotidienne et des news.

Je vais également profiter de la fin de mon engagement chez Ikoula pour migrer l’hébergement du blog chez Monarobase, service mainte fois saluer par un de mes blogueurs préférés, Ludovic (GeekUnivers), le site sera donc susceptible d’être en maintenance quelques heures (voir jours, car c’est la première fois que je migre un site WordPress) vers la fin du mois de janvier. Pendant ce laps de temps, je vais m’autoriser quelques modifications sur le site en commençant par un accès rapide aux blogs amis qui font mon quotidien via le bouton mes sources.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaitez mes meilleurs vœux pour l’année 2018, qu’elle soit heureuse pour vous ainsi qu’à votre famille et vos amis, et que tous vos projets personnels et professionnels se réalisent avec succès.

Bonne annee 2018 - avatar

Édito n°2 – 2017 qui finit mal, un changement radical en 2018

Edito fin 2017 - couverture

Comme vous avez pu le constater ces derniers jours, j’ai pris du retard sur la ligne éditoriale que je m’étais fixé, à savoir, un article par semaine minimum. Des évènements compliqués survenus récemment dans ma vie privée font que je n’ai pas la tête à rédiger, je me suis donc permis une pause qui va continuer pendant encore quelques jours…

2018 sera, pour moi, une année de défi, de (re)conquête et d’aventure, on a tendance à tous dire cela chaque nouvelle année, mais ce sera bel et bien le cas pour moi, j’en fais une obligation. Écrire cet article n’a aucune valeur ajoutée pour le site hormis le fait de vous faire connaître un bout de ma vie, il est pour moi, d’une certaine manière, libérateur, car ce que j’y ai écrit représente ce que je n’ai jamais su dire, une sorte de contrat avec moi-même, il n’a sûrement pas sa place ici, mais après tout, c’est mon blog personnel.

UNE ANNÉE DE DÉFI, CAR…

Edito fin 2017 - defi

… Je vais, pour la première fois de ma vie, me remettre totalement en question, avec mon couple au bord de l’extinction, je dois trouver un nouveau mode de vie et faire naître un nouveau moi, bien meilleur que la copie originale, afin de concilier ma vie de père, mon travail et mes changements personnels. Ce sera aussi le moment de reprendre ma santé et ma condition physique en main, en me fixant des objectifs que je pourrais tenir tout au long de l’année, en mangeant plus sainement et en reprenant une activité sportive. Quand on s’enracine trop longtemps dans un concept de vie dépassé, on n’avance plus, alors il faut changer, s’améliorer, se dépasser, se surpasser…

« Ne craignez pas d’échouer, craignez plutôt de ne pas avoir assez essayé. »

UNE ANNÉE DE (RE)CONQUÊTE, CAR…

Edito fin 2017 - conquete

… Malgré cette situation, je veux prouver que je peux être quelqu’un d’autre, moins égoïste et pragmatique, mais plus ouvert et conciliant. Je veux prouver à mes proches que je peux me recentrer sur l’essentiel et sur leurs besoins et non m’attarder sur mes propres besoins, je ne veux plus les décevoir. Je dois donc revoir toutes les priorités dans ma vie et trouver ce courage nécessaire qui m’a tant fait défaut pendant ces douze dernières années de vie commune. Je connais mes lacunes, elles sont nombreuses et le challenge est d’autant plus grand, je dois apprendre à faire confiance, parler, m’ouvrir, il est anormal de ne pas pouvoir parler de tout et de rien, que cela soit positif ou négatif, avec la personne que l’on aime alors que je le fais librement avec certains amis. Je dois trouver ma place dans mon foyer, en passant par l’entraide et en faisant abstraction de mon propre confort pour celui des autres, je dois également chasser de ma tête mes phobies administratives et ne plus avoir peur de parler d’argent, changer ma relation avec les chiffres, apprendre à gérer un budget, épargner…

« N’aie pas peur de te battre pour les choses que tu chéris ; peu importe les sacrifices, cela en vaudra la peine. »

UNE ANNÉE D’AVENTURE, CAR…

Edito fin 2017 - aventure

… 2018 signera, si tout se passe bien, la conclusion d’un projet professionnel qui m’anime depuis six mois. Comme certains le savent, je travaille dans le milieu de la sécurité depuis 2005, j’ai commencé comme simple agent de sécurité à surveiller des usines, des paddocks de circuits automobiles ou les attractions d’un parc sur la Vienne avant d’atterrir en 2008 dans une enseigne de la grande distribution. Cette dernière m’a fait confiance depuis bientôt 10 ans, m’a fait évoluer deux fois sur des postes à responsabilités et s’apprête à le refaire. Mais là, je ne parlerai plus « sécurité », je lui tourne le dos pour me reconvertir vers une passion bien plus personnelle et en lien avec mon blog, en intégrant la direction innovation et le service Community Management. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été attiré par le journalisme, mon héros d’enfance, Superman, y est pour beaucoup, mais ce métier à bien évolué, il est numérique, social, marketing, donc quoi de mieux pour débuter que de commencer à travailler dans les réseaux sociaux. J’aime dire que la vie est une aventure et pour moi elle commence dès le premier trimestre. Ce nouveau travail me permettra aussi d’être plus présent, en ne travaillant que les jours en semaine et en oubliant les nuits et les week-ends qui sont devenus une source de fatigue, de conflit et de tension au fil du temps…

« Ta seule limite est celle que tu t’imposes. »

Vous l’aurez donc compris, mes trois mots de cette nouvelle année sont « défi, (re)conquête et aventure », ils sont très ressemblants et résume parfaitement les grands objectifs qui m’animent désormais. Je ferais, dans le mois de janvier, un nouvel édito avec une projection de mes futurs articles (dans les grandes lignes) ainsi que les autres endroits sur le web où vous pourrez me lire.

Pour conclure, même si je ne finis pas l’année comme je l’aurais souhaitée, je vous souhaite à tous un bon passage vers la nouvelle année 2018, avec vos proches et amis, il faut faire de ce moment de fête un instant de réflexion sur votre avenir afin de devenir meilleur vous aussi.

J’ai eu la peau de Roger, le burger au roquefort de Big Fernand

Roger Big Fernand Couv

Après avoir passé la fin de matinée dans le centre de Lille à admirer le ciel d’hiver qui a embrumé la ville aujourd’hui, j’ai décidé d’aller dire bonjour à Roger, le nouveau burger, non « hamburgé » de chez Big Fernand. Vous retrouverez mon avis après une rapide présentation de l’enseigne.


Roger Big Fernand Logo

C’est qui Big Fernand et ses hamburgés ?

L’aventure de cette enseigne débute en janvier 2012 avec l’ouverture du premier restaurant à Paris, pour arriver actuellement à une vingtaine de restaurants déployés sur la France et trois autres à l’étranger (Londres, Dubaï et Hong-kong). Celui qui m’intéresse se situe Place de Béthune à Lille, ouvert en mai 2014.

Chez Big Fernand, on ne dit pas hamburger, mais « Hamburgé », un nom classe pour un sandwich de qualité gastronomique, d’ailleurs, en rentrant dans le restaurant, vous verrez très souvent apparaître ce slogan : Arrêter de bouffer des burgers ! Mangez des hamburgés !

Roger Big Fernand Slogan

Dans les ateliers, sont proposés diverses recettes élaborées avec des produits de qualité à base de bœuf, de poulet, de veau, ou végétarien, tout est fait maison, les sauces, les Fernandines (frites), les salades, les limonades et les desserts… Cinq hamburgés composent la carte (hors édition limitée comme le Roger), et c’est bien suffisant, et vous pouvez aussi créer le vôtre en choisissant les ingrédients. Les tarifs sont également simples, chaque sandwich coûte 12 euros, les formules à partir de 15 euros (hamburgé, frites ou salade et boisson), 18 euros avec le dessert, et pour 4 euros de plus, vous doublez la viande, le fromage et les frites. Pour les enfants, le menu est à 10 euros (hamburgé, frites et boisson). Ci-dessous, la liste des cinq hamburgés proposés sur la carte.

Le Big Fernand

De la viande de bœuf, de la tomme de Savoie au lait cru, des tomates séchées, du persil plat et une sauce Tata Fernande (une sauce cocktail maison).

Le Bartholomé

De la viande de bœuf, du fromage à raclette des Alpes au lait cru, de la poitrine de porc fumée, des oignons confits, de la Ciboulette et une sauce BB Fernand (sauce barbecue Big Fernand).

Le Paulin

Du haut de cuisse de poulet mariné, de la tomme de Savoie au lait cru, des aubergines grillées, des oignons frits, de l’estragon et une sauce barbecue Big Fernand.

Le Victor

Du veau, de la fourme d’Ambert (bleu crémeux), des oignons confits, de la coriandre et une sauce Tonton Fernand (une mayonnaise délicatement sucrée).

Le Lucien

Cet hamburgé s’adresse aux végétariens, composé de gros champignon de Paname, de tomme de Savoie au lait cru, de tomates séchées, d’oignons confits, de ciboulette et d’une sauce cocktail maison, la Tata Fernande.

Alors ce Roger, il est comment ?

Le Roger est un hamburger en édition limitée, disponible dans tous les ateliers Big Fernand jusqu’au 10 décembre 2017. Il se compose de haut de cuisse de poulet mariné, de tomates confites, d’oignons frits, d’une sauce mayonnaise sucrée et de Roquefort, et pas n’importe lequel, de l’AOP qui vient directement des légendaires caves de Société, un gage de goût.

Roger Big Fernand Visuel Officiel Visuel officiel – Instagram @big_fernand

Chez Big Fernand, les ingrédients sont de qualité et le sandwich est très généreux, pas besoin d’y retourner une seconde fois, et pourtant, je suis un gros mangeur. Dès la première bouchée, on est tout de suite attiré vers ce fort goût de roquefort, la marinade du poulet arrive en second, c’est un duo parfait, et la sauce ne dénature pas l’ensemble. J’ai souvent l’habitude de tartiner mes pains avec de la crème Société, qui se mari déjà très bien avec du bœuf, c’était l’occasion de tester avec du poulet et Big Fernand a relevé haut la main le défi.

[foogallery id= »773″]

Pour la petite anecdote, le titre de mon article fait bien évidemment référence au film de Robert Zemeckis, qui veut la peau de Roger Rabbit, sortie dans les salles obscures en 1988, mêlant cartoon et vie réelle. Bien sûr ici, pas de lapin, mais bien du poulet, mais en écrivant ces quelques lignes, je me dis qu’avec ce type de viande, cela pourrait être sympathique aussi.

Pour conclure, je ne saurais que trop vous conseiller d’aller croquer un morceau de Roger au Big Fernand proche de chez vous. Je me suis réellement régalé et j’espère qu’il vous donnera aussi le même plaisir. Rentrer dans ce type de fast-food gastronomique, c’est oublier toutes les autres chaînes concurrentes, le personnel est extrêmement accueillant et chaleureux, et l’espace pour manger sur place est authentique à souhait.

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé du Roger, ou tout simplement du restaurant en lui même. D’autres articles Foodporn sont disponibles ici. À bientôt !

Instagram #3 : Un compte à suivre… François Dourlen

Instagram 3 Francoisdourlen - Couv

Nouvel article consacré à « Instagram : un compte à suivre » où je vous parle de François Dourlen et de son compte « Les Photos De François ». J’adore l’histoire de cet homme et vous allez comprendre pourquoi. François n’est pas un photographe professionnel, mais un professeur de Lettres et d’Histoire venant de la ville de Cherbourg. Il a percé sur la toile avec ses photomontages où, dans des scènes du quotidien, il place subtilement, à l’aide d’un smartphone, un élément fictif comme un personnage de dessin animé, un acteur dans une scène clé de son film… Je vous invite à vous abonner à son Insta et visiter son site internet !

[wdi_feed id= »17″]

Vous retrouverez les autres « comptes à suivre » ici ou via le tag Follow. À bientôt pour un prochain épisode.

Mon avis sur… Orange Bank, la banque mobile d’Orange

Orange Bank - couv

Nouvelle série d’articles sur mon blog, concernant un sujet qui m’intéresse depuis quelques années maintenant, le monde des « fintech ». Je démarre ce premier billet avec la dernière venue dans nos contrées, Orange Bank, la banque 100 % mobile de l’opérateur historique français, présentation et avis sur mes premiers jours passés avec elle.

Orange Bank logo

Orange Bank, c’est quoi ?

Orange Bank est né d’un accord signé entre l’opérateur français historique et Groupama le 22 avril 2016, après signature, Orange est entré à 65 % au capital de Groupama et à fusionné son offre bancaire pour devenir cette nouvelle banque mobile. Après une période de test en interne, et de multiples reports, le lancement grand public a finalement eu lieu le 2 novembre 2017, contrairement au premier service de paiement mobile de l’opérateur Orange Cash, tout le monde peut vraiment ouvrir un compte dans cette banque, et non plus uniquement que les clients du réseau mobile Orange et Sosh.

C’est la première banque mobile lancée par un opérateur en France, d’autres devraient suivre comme SFR Altice et Free. Orange Bank est un compte bancaire individuel (pas de compte joint possible) ouvert aux personnes majeures qui résident sur le territoire français (métropole et DROM). L’ouverture peut se faire sur le site ou sur l’application mobile, mais son utilisation ne peut se faire que sur smartphone. Le compte comprend à la fois une carte bancaire physique et une carte virtuelle, soit sur Apple Pay ou dans l’application Android, il est également possible d’avoir un chéquier. Des agences physiques sont également de la partie dans les boutiques Orange participantes et prochainement dans les agences Groupama et Gan. Pas de conseiller dédié, mais une intelligence artificielle nommée Watson, une création d’IBM, qui va apprendre au fur et à mesure de vos conversations, toutefois, vous pourrez toujours parler avec une vraie personne, mais ce service sera facturé en supplément.

Orange Bank - prez

Pour information, Orange offre une prime de 80 euros, seule condition pour les avoirs, effectuer trois paiements par carte ou via smartphone dans les 30 jours suivant l’ouverture du compte, et les clients Orange et Sosh bénéficient de 40 euros supplémentaires. L’utilisation courante du compte reste gratuite tant qu’au moins 3 paiements ou retraits sur le mois sont effectués par carte ou paiement mobile, si cette condition n’est pas respectée, 5 euros de frais de tenue de compte seront débités pour le mois.

Comment ouvrir un compte ?

Orange ayant ouvert les inscriptions un peu plus tôt, j’ai pu m’inscrire le 31 octobre directement sur l’application que j’ai téléchargée pour mon iPhone sur l’AppStore (disponible également pour Android sur Google Play). L’inscription se fait en six étapes, la première est de donner ses informations personnelles à savoir votre identité complète, la base. Une fois ceci fait, il vous faudra choisir l’offre bancaire qui va devenir votre futur compte en sélectionnant le type de votre carte (immédiat ou différé) avec son assurance pour sécuriser des moyens de paiement contre la perte ou le vol (CB, téléphone ou chéquier), et choisir une option gratuite sur trois disponibles.

Les trois options sont des assurances facultatives, Orange propose une assurance protection de l’identité, comprenant un outil de veille de votre e-réputation sur la toile ainsi qu’un accompagnement juridique en cas d’usurpation de votre identité. La seconde concerne la protection des achats, que ce soit en ligne ou en boutique, payé avec votre carte ou votre smartphone, avec un remboursement en cas de casse ou vol avant les 60 jours suivants la date de l’achat, en cas d’incident sur la livraison d’un achat sur le net ou une extension de la garantie constructeur pendant 36 mois. La dernière est une protection de la vie courante avec une prise en charge des frais suite à la perte ou le vol de vos clés et papiers d’identité, le remboursement des espèces volées et des communications frauduleuses de votre téléphone volé et un accompagnement psychologique et logistique en cas d’agression.

[foogallery id= »677″]

Vous avez choisi votre offre Orange Bank, l’application vous propose de vérifier l’exactitude de vos informations et de signer votre contrat numériquement à l’aide d’un code reçu par SMS. À ce moment-là, il ne reste plus que deux étapes qui peuvent être plus ou moins longue, vous devez fournir des justificatifs à savoir, deux pièces d’identité, pour la première c’est obligatoirement une carte d’identité ou un passeport français, la seconde pourra être un permis de conduire (nouveau format) par exemple. La dernière pièce est un justificatif de domicile, si vous êtes chez Orange ou Sosh et que vous l’avez signalé au début de l’inscription, alors l’application va directement télécharger une facture mobile, sinon il vous faudra en fournir une (mobile, internet, EDF…). Ensuite, il vous faudra patienter le temps de la validation par Orange, pour moi, cela a pris deux jours, mais sur la toile certains attendent encore.

Vous avez reçu votre mail de confirmation, vous êtes proche de la fin, vous allez devoir effectuer un premier versement sur votre nouveau compte, celui-ci à l’avantage de se faire par carte bancaire et donc une ouverture plus rapide que dans d’autres banques en ligne. Le paiement doit-être de 50 euros minimum, à l’issu, votre compte sera ouvert, vous recevrez un mail avec votre identifiant et divers documents PDF, je l’ai reçu 5 minutes après le versement. Vous allez pouvoir vous rendre sur l’application et avec cet identifiant vous connecter, vous allez même pouvoir commencer à faire des achats grâce à votre mobile, car on vous proposera d’ajouter une carte virtuelle à Apple Pay (pour Android c’est intégré dans l’application), donc pas besoin d’attendre la carte physique pour utiliser votre argent. J’ai reçu cette dernière 5 jours après, mais comme pour la validation, je fais partie des chanceux, car d’autres non toujours pas de nouvelle, la banque vient juste de se lancer en même temps. Chose bizarre, ma carte porte la mention crédit et non débit, comme beaucoup aurait pu le penser, peut être à cause du paiement différé, mais logiquement cela n’a rien à voir, néanmoins, j’ai pu régler des achats avec sans problème.

Orange Bank, j’en pense quoi ?

Je suis déjà client dans pas mal de banques en ligne, car je n’ai toujours pas trouvé le service parfait à l’exception de N26, dont je ferais un article prochainement pour en parler. Je me suis lancé dans l’aventure Orange Bank, car je souhaite voir ce qu’un opérateur peut nous proposer comme innovation bancaire dans un pays meublé par de vieilles institutions financières qui ont du mal avec la modernité. Pour ma part, je n’ai eu aucun souci lors de l’ouverture de mon compte et j’ai donc pu bénéficier d’une bonne expérience de départ.

[foogallery id= »679″]

Mais pour moi, une banque 100 % mobile c’est une banque 100 % rapide, une ouverture finalisé en moins de 30 minutes et non quelques jours après validation de mes documents (j’ai ouvert mon compte N26 en à peine 15 minutes, visio comprise), l’application doit également être au top et là, je la trouve un peu lente et pas très pratique, il n’y a pas d’interface web et j’espère que ça va venir. La carte manque de design, comparée à celles de N26 qui sont visuellement beaucoup plus sympas, mais elle ne sortira pas souvent du portefeuille.

J’y ai quand même vu de gros avantages, le premier, est pas des moindres, c’est d’avoir accès au paiement mobile dés l’ouverture du compte via Apple Pay ou Android, le choix entre le paiement immédiat ou différé, la possibilité d’effectuer une remise de chèque, un livret rémunéré et pour certains un découvert autorisé possible. On n’est donc sur une banque hybride (mi-physique, mi-en ligne) avec des agences déployées en France, mais avec une utilisation 100 % mobile, je vais quand même suivre son évolution de près.

Mon prochain article sera consacré à N26, où j’aurais plus de recul, car je suis client chez eux depuis bientôt deux ans. À bientôt sur le blog 😉

Instagram #2 : Un compte à suivre…Monsieur Aventure

Monsieur Aventure couv

Suite de ma série « Instagram : un compte à suivre », aujourd’hui je vous parle d’Hugo Le Beller, alias Monsieur Aventure, photographe nous venant de Bretagne. Comme son pseudo l’indique, ses photos racontent les différents ronds trips qu’il a effectués sur notre planète, pas mal de pays en Europe, mais également le Canada et les USA. Ses clichés sont juste magnifiques et donnent des envies d’explorer le monde. Je vous invite à vous abonner à son Insta et visiter son site internet !

[wdi_feed id= »6″]

Vous retrouverez les autres « comptes à suivre » ici ou via le tag Follow. À bientôt pour un prochain épisode.

Mon jeu du moment… Assassin’s Creed Origins

Assassin's Creed Origins - couverture

Aujourd’hui, je vous parle d’Assassin’s Creed Origins, qui vient juste de débarquer sur nos consoles de salon, dernier épisode de la célèbre série de jeu vidéo qui me passionne depuis plusieurs années. Rapide retour sur la franchise et présentation avec mon avis sur mes premières heures passées dans le jeu.

Origins - logo

L’histoire de la franchise :

La série de jeux vidéo Assassin’s Creed est développée et éditée par Ubisoft, créateur français de grosses licences comme Rayman, Prince of Persia, Tom Clancy, Far Cry, Watch Dogs ou les Lapins crétins. Pour les Assassin’s Creed, c’est la branche canadienne basée à Montréal qui s’est occupée des développements pour consoles et PC. Le style est un mélange d’action-aventure en monde ouvert avec une grosse partie infiltration dans des contextes historiques sur plusieurs grandes époques de notre civilisation.

L’histoire repose sur une machine, baptisée « Animus » (du latin âme ou esprit), capable de lire la mémoire génétique d’un individu pour le faire rentrer dans la peau d’un de ses ancêtres, lui permettant d’explorer divers époques et lieux de l’histoire. Du premier jeu sorti en 2007 jusqu’à ce dernier, nous avons pu visiter la troisième croisade en Terre sainte, la Renaissance, la Guerre d’indépendance des États-Unis, l’époque de la piraterie, la Révolution française, le Londres de l’époque Victorienne pour finir avec Origins en Égypte antique. Même si les œuvres sont toutes des fictions, les protagonistes ont pour une grande partie existé, le joueur a pu croiser la route de Napoléon, Barbe Noire, les Borgias…

Origins - Les héros d'avant

Origins est le dixième jeu de la série principale (sur console de salon et PC), il y en a eu dix autres secondaires sur consoles portables ou smartphones, et tout un univers étendu grâce aux bandes dessinées, comics, romans et novélisations.

Mon avis sur le début d’Origins :

Pour placer le cadre, je joue sur PlayStation 4, la première version, avec un disque dur classique sur un écran 1080p, je n’ai donc pas la puissance de calcul et les graphismes avancés de la dernière PS4 Pro. J’ai compté une bonne demi-heure d’installation complète du jeu avec mise en place sur le HDD, le téléchargement d’une première mise à jour (c’est devenu d’une banalité à la sortie des jeux) et le pack de langue en français qui pèse un peu plus de 500 Mo (seuls la langue anglaise et les sous-titres français sont compris sur le support de base).

L’installation terminée, je me suis lancé dans le vif du sujet, partir dans un lointain pays chaud à une époque où il ne faisait pas forcement bon vivre, j’ai donc lâché ma vie sociale pendant 4 heures… Après le défilement de l’écran et de quelques menus, la partie se lance directe sur un combat avec un grand bonhomme pas très amical. La première partie du jeu se déroule dans un temple en ruine de plusieurs siècles où notre héros, Bayek, doit survivre aux assauts d’un guerrier et ensuite s’échapper de ce tombeau, cette phase de jeu dure environ 30 minutes en récupérant un maximum de trésors et sert de tutoriel de prise en main rapide.

[foogallery id= »625″]

 

Une fois à l’extérieur et après un dernier combat, notre héros retrouve un de ses anciens amis dans le besoin, ils partent ensemble à dos de chameau rejoindre la ville de Siwa. Bayek est un soldat Medjaÿ, protecteur du pharaon et du peuple, après une absence, il revient sur ces terres en quête de vengeance et cherche à assassiner cinq cibles prioritaires (la mécanique ne change pas). Pour atteindre la première, il va lui falloir gagner en niveau et donc mener à bien des quêtes annexes de protection, recherche et découverte, les points d’observation sont également toujours de la partie et Ubisoft a ajouté une fonction « photographie » pour prendre et partager des photos dans le jeu, d’ailleurs, les screens ci-dessus viennent de ma session de jeu.

Concernant le menu pause, nous retrouvons six onglets de base comme la carte, les quêtes, l’équipement, l’inventaire, l’arbre des compétences et les cibles restantes. La carte est vraiment très correct niveau taille, le jeu étant en monde ouvert, je m’attends à faire plusieurs heures d’explorations pour arriver au bout.

[foogallery id= »618″]

 

Une partie alternative, dans le présent, se fait par moment où l’on prend les commandes de Layla Hassan, une employée d’Abstergo envoyée en Égypte. Bayek est son ancêtre, elle cherche à impressionner son employeur en visitant sa mémoire génétique, seule dans une caverne, mais elle semble ne pas savoir qui se cache derrière l’entreprise et ignore tout du conflit qu’il y a depuis des siècles entre les Assassins et les Templiers.

Pour conclure, j’ai retrouvé un grand Assassin’s Creed dans une de mes périodes préférées de l’histoire, l’Égypte antique. Il est visuellement très beau et les doublages français sont toujours aussi bien réalisés. Je ne peux que vous conseiller de prendre part à cette aventure, à bientôt.

Origins - Bouton Amazon

J’ai goûté… le Pulled Pork BBQ de chez Subway

Pulled Pork Subway Couv

Pour ce second billet Food, Subway m’a donné l’occasion de déguster sa dernière recette, le Pulled Pork, en édition limitée jusqu’au 31 octobre 2017. Qu’en ai-je pensé ? Ma réponse dans cet article.

C’EST QUOI LE « PULLED PORK » ?

Le Pulled Pork, ou porc effiloché, est une méthode de préparation aimée par de nombreux Américains fan de BBQ. Cela permet à une viande dure d’être suffisamment tendre pour être effilochée et fondante en bouche, grâce à une cuisson lente à faible température. Cette viande peut ensuite être préparée en sandwich, burger, burrito ou salade.

Pulled Pork description

En général, cette recette est préparée avec une pièce d’épaule de porc, les Américains utilisent la cuisson lente au barbecue (au fumage). On peut néanmoins faire cette préparation en cocotte, il faut compter entre 4 et 6 heures de cuisson (suivant l’ustensile choisi) pour obtenir un résultat satisfaisant.

Subway propose depuis début septembre cette recette, qui est en édition limitée jusqu’au 31 octobre 2018, donc si vous n’y avez pas encore goûté, faites vite.

Mon avis :

Une chose que j’apprécie chez Subway, c’est la possibilité de personnaliser de A à Z son sandwich. Je suis donc partie sur un pain parmesan et origan, des tranches de fromage américain, tomates, cornichons, oignons rouges et une sauce barbecue, je n’ai pas rajouté de viande supplémentaire, histoire de pouvoir apprécier le goût du Pulled Pork. Pour accompagner le sandwich, l’enseigne propose le choix entre deux paquets de chips Lay’s Gourmet saveur nature ou jambon de pays (ce dernier dans mon cas). Et pour le plaisir au dessert, un cookie au chocolat blanc (d’autres saveurs sont disponibles). Je tiens d’ailleurs à les remercier pour le packaging sympathique et les griffes de Wolverine.


[foogallery id= »508″]


En vieillissant, je deviens de plus en plus difficile niveau gustatif et j’apprécie moins le goût du porc. C’est la première fois que je goûte ce type viande cuisinée de cette manière et je suis complètement fan, elle est fondante et on sent bien le goût fumé typique d’une cuisson au barbecue. Accompagné des quelques légumes cités plus haut, Subway m’a proposé un très bon produit premium, qui passe largement devant une autre de leur recette que j’apprécie chez eux, celle à base de poulet Teriyaki. Vous pouvez bien évidemment choisir vos propres ingrédients suivant vos préférences.

Bientôt la journée mondiale du sandwich !

Journée mondiale Subway

Pour la petite histoire, chaque année le 3 novembre, les États-Unis fêtent l’anniversaire de l’inventeur du sandwich, John Montagu, qui lança le concept au 18e siècle suite à une longue partie de cartes. Ce dernier ne voulant pas quitter la table de jeu fut ravitaillé par un aide-cuistot qui lui apporta deux tranches de pain, entre lesquelles il avait placé des morceaux de viande froide et du fromage. Ce plat a donné l’avantage de permettre au Premier Lord de l’Amirauté de grignoter sans se tacher les doigts… Le sandwich était donc né.

À cette occasion, Subway France s’associe avec les Banques Alimentaires, et lance une grande action dans ses enseignes. Pour un Sub15 acheté, vous repartez avec un second Sub15 gratuitement, et l’enseigne s’engage à reverser l’équivalent d’un repas à l’association.

C’est plus de 8,8 millions de personnes en France qui sont en situation de pauvreté, pour même pas la moitié bénéficiant des aides alimentaires. Cette précarité touche de plus en plus de monde chaque année et en particulier les étudiants. Cette opération de Subway France est donc une très bonne initiative, car vous allez pouvoir vous faire plaisir (un Sub15 gratuit) en réalisant une bonne action.

Donc si vous avez un Subway proche de votre domicile ou votre lieu de travail et que vous aimez les sandwichs, n’oubliez pas cette journée du 3 novembre. Si vous y participez, n’hésitez pas également à partager votre bonne action sur les réseaux sociaux avec le hashtag #jefaismaBA ou encore en utilisant le géofiltre dédié pour les utilisateurs de Snapchat.

[foogallery id= »520″]

Vous retrouverez mes prochains articles de ce type à la catégorie Foodporn. À bientôt.